1. Permis de conduire international
  2.  / 
  3. Blog
  4.  / 
  5. Voyah Passion : à la poursuite de la lumière du luxe électrifié
Voyah Passion : à la poursuite de la lumière du luxe électrifié
December 13, 2023

Voyah Passion : à la poursuite de la lumière du luxe électrifié

Je fais tourner la clé ovale à transpondeur dans ma main, en me demandant si c’est la deuxième clé, peut-être la clé de service ? Il est léger, en plastique, avec des boutons peu pratiques sur les bords sur lesquels il peut être difficile d’appuyer. Cependant, alors que je me retrouve à l’intérieur de la cabine, mon agacement initial se transforme en pur plaisir. Devant moi se trouve la piste dynamométrique du terrain d’essai, où la Voyah Passion va véritablement révéler sa passion !

Voyah, la marque chinoise créée il y a trois ans par le conglomérat Dongfeng, s’impose progressivement sur le marché russe avec sa nouvelle gamme de véhicules électrifiés. À la fin de l’été 2023, le crossover Voyah Free et le monospace Voyah Dreamer étaient devenus les véhicules électriques les plus populaires en Russie, avec 1 989 unités vendues en seulement huit mois. Alors que la demande est beaucoup plus élevée dans leur pays d’origine, la Chine (20 000 unités), la Russie constitue l’un des principaux marchés d’exportation, avec seulement 118 voitures Voyah vendues en Israël et à peu près le même nombre en Norvège. Les ventes viennent de démarrer en Turquie, ce qui indique que le marché russe est une priorité pour la marque chinoise, même en termes d’adaptation et de russification.

La berline marque le troisième modèle de Voyah. Dans son pays d’origine, on l’appelle 追光, qui se traduit du chinois par « chasser la lumière ». Même si cela semble romantique, la prononciation « zhui guang » n’est peut-être pas vraiment un aimant pour les clients. Heureusement, pour les livraisons internationales, la voiture a été baptisée Voyah Passion. Fidèle à son nom en anglais, le design de cette voiture est bel et bien un projet de passion. Des artistes renommés du studio Italdesign ont contribué à façonner son image. Des lignes douces définissent la carrosserie qui, en termes de proportions, ressemble à un liftback, bien qu’il s’agisse techniquement d’une berline.

En ce qui concerne les détails, le savoir-faire est précis, évident même dans les interstices des panneaux. La superbe peinture bronze crée un effet caméléon au soleil. Il n’est pas nécessaire de se plonger dans la technologie d’éclairage, car même les voitures chinoises bon marché disposent aujourd’hui d’optiques avancées. La Passion ne fait pas exception, avec des logos lumineux, des bandes LED s’étendant d’une oreille à l’autre et des clignotants dynamiques. Grâce au menu, vous pouvez sélectionner l’un des trois scénarios d’accueil LED lors du déverrouillage de la voiture. Cependant, curieusement, il n’y a pas de capteurs d’entrée sans clé sur les poignées de porte escamotables – une omission sur une voiture dont le prix est de 8,5 millions de roubles.


Poignées de porte escamotables – avec éclairage intégré

A l’intérieur, l’esthétique est à l’honneur. En plus du plastique, l’habitacle intègre des garnitures en cuir écologique, en alcantara et en aluminium. Au plafond, deux pare-soleil s’ouvrent pour révéler le vaste toit panoramique, dont les vitres s’étendent jusqu’aux appuie-tête arrière. Grâce à ces finitions et à la généreuse surface vitrée, l’habitacle est lumineux même par temps couvert.


Sur le panneau avant, il y a quatre écrans à la fois. Le coude droit appuie souvent accidentellement sur le bouton « cristal » pour ouvrir la boîte centrale.
Le menu comprend des paramètres complets de cabine. Par exemple, le mode Baby Care consiste à fermer les fenêtres et le rideau du plafond, à réduire le volume du système audio et à afficher une vue des sièges arrière sur l’écran central.

La caméra de l’habitacle vous permet d’observer les enfants sur les sièges arrière et même d’enregistrer des vidéos de leurs « performances ».
Vous pouvez afficher les images de différentes caméras sur l’écran central ou activer le mode « châssis transparent ».

Cependant, votre attention sera forcément attirée par le volant aux multiples facettes. Il n’est pas aplati en bas ni pressé des deux côtés mais véritablement facetté, composé d’une série d’accords légèrement incurvés. La sensation du volant est très différente de la direction rapide enseignée par l’inoubliable Ernest Sergueïevitch Tsygankov ; ici, le volant danse littéralement dans vos mains lorsqu’il est tourné de butée en butée (ce qui correspond aux 2,7 tours standard) ! Heureusement, la prise classique « sans quinze trois » est confortable pour tenir la jante.


Volant à facettes – pas pour une rotation rapide avec des interceptions

Quant aux commandes tactiles pour tout, même les étudiants des enseignements de Tsygankov seront perplexes. La climatisation est gérée via une tablette, tandis que l’ouverture des pare-soleil au plafond est gérée par des capteurs. Même les boutons des vitres électriques utilisent des commandes tactiles, nécessitant des pressions sûres ; des touches douces ne donnent aucune réponse. Avec le temps, bien sûr, on s’y habitue et on s’adapte, mais les boutons physiques traditionnels sont souvent plus pratiques. En Europe, Volkswagen par exemple, après avoir expérimenté des capteurs montés sur le volant, revient aux boutons physiques. Le Voyah Passion, quant à lui, est essentiellement tactile, jusqu’à sa puce Qualcomm Snapdragon 8155, qui sert de base à son système d’exploitation.


Pour ouvrir ou fermer partiellement l’une des quatre fenêtres, vous devez maintenir votre doigt sur le bouton tactile, tandis qu’une courte pression suffit pour une ouverture ou une fermeture complète.

L’abondance de paramètres peut sembler écrasante au premier abord. Certains sont accessibles via l’écran central, tandis que d’autres se trouvent sur la tablette inférieure, qui contrôle également le système de climatisation à quatre zones. Il faudra également rechercher les commandes de chauffage et de ventilation des sièges, ainsi que l’activation du programme de massage, également disponible pour les passagers arrière. Cependant, à la fin du troisième jour, j’étais devenu assez familier avec le menu ; le principal défi est d’éviter la lumière directe du soleil sur l’écran. En plein soleil, les inscriptions et les symboles deviennent difficiles à discerner. Il convient de noter que tous les menus sont actuellement en anglais, mais une mise à jour du firmware russe est attendue en novembre, similaire à celle disponible pour les monospaces Dreamer et les crossovers Free vendus aujourd’hui.


La molette de sélection du mode de transmission ne vous dérange pas avec les retards

Le bouton du sélecteur de mode de transmission ne provoque aucun retard, mais même après la russification, Passion ne se révélera pas pleinement à vous. Après tout, la plupart de ses services sont conçus pour être utilisés avec un réseau 5G et une connexion obligatoire à un compte chinois interne. Ainsi, pour les passagers, il s’agit surtout d’admirer les widgets colorés des sites chinois et de se divertir en explorant le menu des paramètres, qui peut être glissé avec trois doigts depuis l’écran central vers l’écran du passager droit.


Le centre de divertissement des passagers a des fonctionnalités limitées.
Les caméras intérieures permettent d’enregistrer des vidéos avec des animations superposées.

Pour les enfants, le plus grand plaisir vient du mode caméra interactive : vous pouvez enregistrer une vidéo avec des animations amusantes superposées sur votre visage. Que ce soit avec des bulles de savon sur la tête, les oreilles, ou des têtes de chats amusantes… Cela ressemble peut-être à un jardin d’enfants, mais cela remonte le moral même pour les plus de 40 ans.


Étrangement, Passion ne propose qu’un seul design de tableau de bord.
Sur l’écran de projection, il y a de grands symboles. Malheureusement, le mode de navigation en réalité augmentée ne fonctionne pas en Russie.

Cependant, il est important de noter que ces distractions peuvent présenter un risque pour la sécurité au volant. Tout en amusant les passagers, ils peuvent détourner l’attention du conducteur de la route. Heureusement, la Voyah Passion est équipée d’un ensemble complet de fonctionnalités électroniques d’aide à la conduite, notamment l’assistance au maintien de voie, le freinage automatique et le régulateur de vitesse actif. Le régulateur de vitesse actif, en particulier, fonctionne assez efficacement. Il lui manque cependant un mode limiteur de vitesse.


Le coussin est un peu court, mais le siège est équipé non seulement de chauffage et de ventilation, mais également d’un masseur électrique.
Vous pouvez enregistrer les paramètres de conduite, de détente et autre chose sur le siège conducteur.

Au lieu de cela, il existe un scanner de panneaux routiers qui affiche les limites de vitesse, les panneaux d’interdiction de stationnement/d’arrêt et même les avertissements de barrage routier. Si ces notifications deviennent insupportables, vous pouvez facilement désactiver cette fonction via le menu. Voyah permet une certaine flexibilité à cet égard. Par exemple, le synthétiseur sonore quelque peu intrusif pour dissuader les piétons à basse vitesse peut également être désactivé, tout comme la transmission automatique de la caméra latérale lors des virages. Vous avez la liberté de personnaliser vos préférences, mais il est conseillé de considérer l’ensemble du package lors de l’achat de la voiture.


La deuxième rangée est spacieuse ; les dossiers des sièges peuvent être réglés en angle grâce à des entraînements électriques. Il y a aussi un repose-pieds sur la droite, mais il ne peut être pleinement utilisé que par les passagers de taille moyenne.
Dans l’accoudoir rabattable du canapé arrière se trouve une autre tablette avec réglages de la climatisation, y compris le chauffage, la ventilation et le massage ! Et ne vous laissez pas décourager par les hiéroglyphes : tout est déjà en anglais sur les véhicules utilitaires.

Lorsque vous investissez dans une Voyah Passion, vous payez principalement pour son design saisissant et sa technologie électrique de pointe. Sous le capot, vous trouverez deux moteurs électriques synchrones à aimants permanents, développant une puissance combinée de 510 ch et un robuste couple de 730 Nm. Pour mettre cela en perspective, il surpasse les chiffres de couple d’un moteur essence V12 dans une Ferrari 812 (qui n’offre « que » 718 Nm). Le Voyah Passion est doté d’une transmission intégrale, d’une répartition du poids presque parfaite et d’une suspension pneumatique adaptative. Notre berline d’essai est équipée d’une batterie de base de 82,1 kWh, offrant une autonomie officielle de 483 km sur le cycle européen WLTP.


Grâce au menu, vous pouvez définir différents scénarios pour le fonctionnement du becquet arrière. Par exemple, il peut monter en mode bienvenue lorsque la voiture est déverrouillée

Pendant que mon collègue Andrey Mokhov installe notre équipement de mesure sur la voiture, je fouille dans le menu des paramètres. À ma grande surprise, vous pouvez configurer la vitesse à laquelle l’aileron arrière monte et descend. Selon le constructeur, ce becquet génère 40 kg d’appui supplémentaires sur les roues arrière. Toutefois, pour une accélération optimale, certains conducteurs préféreront peut-être laisser le becquet désactivé. Je l’ai réglé sur « Off » et j’ai roulé sur la piste du dynamomètre au terrain d’essai. À chaque accélération, la Voyah Passion atteint systématiquement 100 km/h en 4,2 à 4,3 secondes, sans avoir besoin de commandes de lancement ou de démarrages à deux pédales. À peine 14 secondes plus tard, le compteur affiche 200 km/h. L’accélération est vraiment impressionnante ! Cependant, cela ne dure pas longtemps. Le limiteur électronique intervient, plafonnant la vitesse à 208 km/h au compteur. Bien qu’il s’agisse d’une réalisation importante, elle ne correspond pas tout à fait à la Tesla Model 3 Performance, qui peut atteindre des vitesses allant jusqu’à 260 km/h (AR #15-16, 2022).


*Accélération en mode sport
ParamètresVoiture Électrique Voyah Passion
Vitesse maximale, km/h207.5
Temps d’accélération, s
0 à 50 km/h
0 à 100 km/h
0 à 150 km/h
0 à 200 km/h
400 m Sprint(s)
1000 m Sprint(s)
60—100 km/h
80 à 120 km/h

2
4,2/5,7*
8,1
14,2
12,4
23
2,0*
2,5*
Délabré
50km/h
130 à 80 km/h
160 à 80 km/h

856
1583
2415
Distance de freinage
À partir de 100 km/h
Chemin, m
Décélération, m/s²
À partir de 150 km/h
Chemin, m
Décélération, m/s²


37,1
10,4

84,9
10,2

*Accélération en mode Sport/Confort

Il est fascinant de constater que les lectures instantanées du wattmètre électronique lors de l’accélération atteignent une puissance impressionnante de 390 kW, ce qui équivaut à une puissante puissance de 530 chevaux. Cela dépasse la puissance nominale de 15 kW ! Cependant, la transition de l’électronique de conduite du mode Sport au mode Confort (obtenue en touchant l’un des capteurs adjacents au bouton sélecteur) atténue sensiblement les performances de la voiture. En mode Confort, la Voyah Passion met au minimum 5,7 secondes pour atteindre 100 km/h. Comme l’indique le wattmètre, l’électronique limite la puissance à 310 kW (422 ch) dans ce mode.


Le mode Individual présente une fonctionnalité précieuse, vous permettant de sélectionner la puissance maximale fournie par le groupe motopropulseur tout en conservant des réglages de suspension confortables.

En mode Eco, une modeste puissance de 210 kW (286 ch) est disponible, quelle que soit l’assurance avec laquelle vous appuyez sur l’accélérateur. Cette limitation est quelque peu particulière, car les véhicules conventionnels autorisent généralement la pleine puissance du moteur lors de l’utilisation de la fonction kick-down, quel que soit le mode sélectionné. Même les voitures électriques limitent généralement leur puissance uniquement en cas de charge de batterie extrêmement faible. En revanche, notre Voyah Passion dispose toujours d’une batterie chargée à 80 %. Ainsi, pour éblouir les passagers ou les autres automobilistes avec une accélération de fusée, le mode Sport doit être activé. Dans ce mode, la suspension et la direction se resserrent, même si cela peut être moins confortable. Heureusement, le mode Individuel constitue une solution idéale. Ici, vous pouvez configurer le groupe motopropulseur sur Sport tout en réglant la suspension et la direction sur les réglages Confort : un équilibre parfait.


La berline dispose d’un ensemble de 12 caméras, dont 10 positionnées à l’extérieur. La société promet à ses clients une mise à jour en ligne du pilote automatique, qui fonctionne actuellement uniquement comme régulateur de vitesse adaptatif.

Quel que soit son état, la Voyah Passion suit avec précision la pédale d’accélérateur et réagit promptement et sans délai. Gérer la vitesse dans la circulation est un plaisir, tout comme la décélération. Après avoir testé les trois modes de récupération, je n’ai constaté aucune aspérité. Il n’y a eu aucun problème d’efficacité de freinage ou de stabilité thermique non plus. Après les tests, il y avait simplement une légère odeur de plaquettes de frein – pas de fumée, un phénomène courant lors des tests de voitures coréennes ou japonaises. Il est clair que des disques ventilés sont installés non seulement à l’avant mais également à l’arrière, avec des étriers à deux pistons à l’avant.


Un compartiment de rangement supplémentaire pratique à l’avant permet un rangement pratique des câbles de charge. Le couvercle est équipé de vérins à gaz pour une utilisation facile.

La plate-forme sur laquelle la berline Passion est construite est la même ESSA (Electric Smart Secure Architecture) modulaire que l’on retrouve dans les modèles Free et Dreamer. Cette plateforme est dotée d’une suspension pneumatique et d’amortisseurs adaptatifs qui ajustent la rigidité en temps réel, en fonction de l’image de la route capturée par une caméra située sous le pare-brise. Ce système de suspension dynamique fonctionne de manière impressionnante et permet de naviguer en douceur sur l’asphalte accidenté et les dos d’âne. Cependant, face à des bosses plus importantes, la suspension présente certaines limites et les amortisseurs fonctionnent presque à leur capacité. Ce comportement est normal, car aucun système pneumatique ne peut compenser entièrement les pneus à profil bas. La Passion utilise des pneus de taille 245/45 R20, spécifiquement européens Continental EcoContact 6, bien que fabriqués en Chine.


Le couvercle du coffre arrière est à entraînement électrique, mais il ne peut être activé qu’à partir de la clé ou de l’écran du panneau avant ; il n’y a pas de bouton externe.
Au sous-plancher, il y a un kit de réparation avec du produit d’étanchéité à la place d’une roue de secours.

Néanmoins, la suspension réglable reste un élément précieux. Par exemple, si vous n’aimez pas le roulis lorsque vous conduisez en mode Confort à grande vitesse, vous pouvez sélectionner des préréglages tels que Standard ou Sport. En mode Sport, la Voyah Passion gère les virages avec confiance, adhérant fermement à la route, répondant avec précision aux sollicitations de la direction sans trop de netteté. De plus, l’essieu arrière aide à maintenir la traction dans des conditions changeantes, offrant une agréable sensation d’être solidement « vissé » dans le virage lorsque l’on relâche l’accélérateur. En accélération, les pneus parviennent à émettre un léger cri juste avant que le système de contrôle de stabilité n’intervienne. Bien qu’il soit possible de désactiver ce système, il n’est autorisé qu’à des vitesses allant jusqu’à 80 km/h. Une direction plus naturellement pondérée serait un excellent ajout pour une utilisation sur piste. Cependant, le Voyah Passion reste un poids lourd, faisant pencher la balance à près de 2,3 tonnes même dans son état entièrement équipé.


En mode Sport, la carrosserie est abaissée de 16 mm ; lors de la conduite sur une mauvaise route, il peut être relevé de 56 mm, mais uniquement à des vitesses allant jusqu’à 40 km/h

Pour une conduite active au quotidien, la voiture s’avère particulièrement adaptée, en partie grâce à la récupération efficace de l’énergie lors du freinage. Cette efficacité se reflète dans les chiffres d’autonomie impressionnants. En milieu urbain, des autonomies réelles de 350 à 380 km sont facilement réalisables, avec une consommation d’énergie moyenne d’environ 21 kWh/100 km. Surtout, assurez-vous de faire passer le compteur d’autonomie restante du mode théorique (basé sur le cycle CLTC chinois) au mode pratique. Dans le premier cas, la Voyah Passion affiche une autonomie étonnante de 580 km avec une batterie pleine !


La suspension avant à double triangulation est entièrement en aluminium, avec une fixation à rotule à deux points.
À l’arrière, on retrouve une suspension multibras avec des supports de barre stabilisatrice complexes.

Concernant la recharge, le processus est relativement standard. Pour une recharge rapide, recherchez un terminal équipé du « pistolet GB/T » chinois. Sur la piste d’essai de Dmitrovsky, un tel terminal était disponible et la Passion s’est chargée de 20 % à 100 % en environ une heure et demie, avec une puissance de charge culminant à 60 kW. Nous avons également testé la recharge en courant alternatif sur les bornes gratuites « Energiya Moskvy », qui ont fonctionné sans problème. Cette méthode utilise les trois phases, avec le convertisseur intégré évalué à 11 kW.

En conclusion, rechargez et profitez de la balade ! Le Voyah Passion a une saveur quelque peu unique, proche du fruit de la passion. Il est intéressant de noter que le nom de ce fruit à la pulpe délicieuse et aux graines parfois peu pratiques s’inspire également du mot « passion ». Dans la voiture électrique Voyah Passion, l’expérience globale agréable n’est que légèrement gâchée par quelques « graines » sous la forme du volant angulaire et de l’abondance de capteurs. Cependant, la considération primordiale reste son prix. Le modèle d’essai, au prix de huit millions et demi de roubles, n’est pas le summum. En Russie, la variante Voyah Passion Long Range est également disponible, dotée d’une batterie plus grande de 108,7 kWh et d’une autonomie annoncée de 608 km selon le cycle WLTP. En pratique, vous pouvez vous attendre à une autonomie de 450 à 500 km avec une seule charge. Cependant, le modèle Long Range coûte plus cher, soit 9,8 millions de roubles. Le prix de l’hybride Voyah Passion reste à déterminer, même en Chine, où le lancement commercial est encore attendu. Nous attendons cette information avec impatience, car les statistiques indiquent que les trois quarts des voitures de la marque Voyah vendues ici sont des hybrides.


La saillie au-dessus de la lunette arrière est la bande pleine largeur du troisième feu stop.
Les données des fabricants sont surlignées en bleu/les mesures Autoreview sont surlignées en noir. Les dimensions sont en millimètres.
*Poids réel du véhicule sans conducteur, avec réservoir de carburant plein et fluides de traitement pleins
**Pour siège arrière droit
**Largeur intérieure au niveau des épaules dans la première/deuxième rangée de sièges.
Informations sur les voitures électriquesVoyah Passion
Type de corpsBerline à quatre portes
Nombre de places5
Poids à vide, kg2266
Poids brut (kg2641
Volume du coffre avant/arrière, litres53/410
Coefficient de résistance aérodynamique (Cx)⠀0.225
Moteur électrique de traction avant
Taper
Emplacement
Puissance maximale, ch/kW
Couple maximum, Nm

Aimants permanents synchrones
Transversal, au-dessus de l’essieu avant
217.5/160
310
Moteur électrique de traction arrière
Taper
Emplacement
Puissance maximale, ch/kW
Couple maximum, Nm

Aimants permanents synchrones
Transversal, au-dessus de l’essieu arrière
292.5/215
420
Puissance des moteurs électriques combinés, ch/kW510/375
Couple combiné, Nm730
Batterie de traction
Taper
Emplacement
Capacité de la batterie, kWh
Tension de fonctionnement, V

Semi-solide, lithium-ion
Sous le plancher de la cabine
82.1
400
TransmissionTransmission intégrale
Suspension avantIndépendant, pneumatique, double triangulation
Suspension arrièreIndépendant, Pneumatique, Multi-Link
Freins avantDisques ventilés
Freins arrièreDisques ventilés
La taille des pneus245/45 R20
Vitesse maximale, km/h*210*
Temps d’accélération de 0 à 100 km/h, s3.8
Autonomie du cycle WLTP, km483
Temps de charge CA lente 20-80 %, heures5.2
Temps de charge CC rapide 30 à 80 %, minutes⠀27

*Vitesse limitée électronique

Photo : Dmitri Piterski

Ceci est une traduction. Vous pouvez lire un article original ici : Страсть и маракуйя: смакуем Voyah Passion на полигоне

Please type your email in the field below and click "Subscribe"
Subscribe and get full instructions about the obtaining and using of International Driving License, as well as advice for drivers abroad