1. Permis de conduire international
  2.  / 
  3. Blog
  4.  / 
  5. Harley-Davidson Breakout Long Test - Record One
Harley-Davidson Breakout Long Test - Record One
October 18, 2023

Harley-Davidson Breakout Long Test - Record One

Il ne faut jamais dire jamais : il y a quelques années à peine, l’idée de prendre la flamboyante Harley-Davidson Breakout pour un essai prolongé (disons, pendant quatre semaines) n’aurait suscité qu’un sourire sarcastique de ma part. La moto m’est arrivée toute neuve, mais cette période de lune de miel ne sera probablement pas la plus facile dans la vie de ce nouveau venu « américain ». Sans tenir compte de sa taille et de sa classe, les trajets quotidiens pour se rendre au travail, les embouteillages à quatre roues et au moins un long voyage sont loin d’être une liste exhaustive des « joies » qui nous attendent dans le cadre de ce partenariat naissant, dont les essais sur la piste d’essai de Dmitrovskoye constituent le point d’orgue.

Pour moi, la marque américaine est toujours restée un peu mystique, au-delà de la compréhension et de la conscience : vous ne trouverez pas d’amour aussi fervent et de vénération pour un autre fabricant de motos. Toute une industrie d’adoration s’est développée autour de l’entreprise, un véritable culte avec l’abréviation HOG (Harley Owners Group). Là, des hommes d’affaires respectables et des cadres supérieurs dans leur vie « civile » portent des vestes en cuir, s’ornent d’anneaux de crâne et surveillent de près l’exécution correcte des rituels de la secte pour les novices nouvellement arrivés. Par ailleurs, les mythes sur les motos incontrôlables qui se débarrassent de leurs pièces au fur et à mesure ne sont rien d’autre que des machinations de concurrents : tuer une « Harley » nécessiterait un effort délibéré.

Étonnamment, la Breakout basse et longue (2335 mm) avec son « fat tire » arrière de 240 ( !) mm et une roue avant de 21 pouces, apparemment empruntée à une exposition, ne m’a pas demandé plus de dix minutes pour m’y adapter ! Les trajets du domicile au bureau avec des motos « ordinaires » et les préoccupations concernant la maniabilité de ce cuirassé dans les rues de la capitale (dans le trafic perpétuel du maire de la ville toujours en train d’expérimenter) se sont peut-être étirés avec le temps, mais seulement de manière insignifiante.

Bien sûr, il n’y a pas eu de miracle – et un poids à vide légèrement supérieur à 300 kg avec l’empattement d’une limousine n’a pas transformé ce luxueux représentant du monde de la moto en une naked bike agile : la moto semble lourde et substantielle. Les réactions aux virages sont graduelles et mesurées. La suspension, traditionnelle pour cette catégorie, n’excelle pas dans le confort et transmet toutes les aspérités directement à votre colonne vertébrale, mais cela pourrait être pire. En effet, 130 mm de débattement pour la fourche et 86 mm pour le mono-amortisseur arrière ne sont pas les chiffres les plus radicaux de la catégorie.

Cependant, la position de conduite unique avec un guidon presque droit (d’environ un mètre de large), combinée à un siège reculé en amphithéâtre et à des repose-pieds dépassant largement l’horizon, crée une ergonomie spécifique à la manière d’un orang-outan chasseur. De plus, cette architecture en triangle (guidon, repose-pieds, selle) impose certaines exigences au pilote : celui-ci doit mesurer au moins 180 cm, faute de quoi il sera tout simplement inconfortable. Pour les personnes de petite taille, l’entreprise propose la famille Sportster, tandis que la série Softail est destinée aux personnes, disons, plus corpulentes.

J’ai déjà écrit en détail sur le moteur « 114 », un véritable chef-d’œuvre technique de Milwaukee avec refroidissement air-huile. L’idée est la suivante : pour un observateur extérieur, le moteur ressemble à un moteur classique refroidi par air, mais les culasses sont dotées d’une chemise de refroidissement à l’huile. Tout cela est habilement dissimulé, tout comme le radiateur discret, qui n’attire pas du tout l’attention. En ce qui concerne le style, le Breakout de la grande famille Softail semble être le plus harmonieux : dans la poursuite des embellissements et autres « guirlandes », les designers de la société vont parfois trop loin, mais dans le cas de ma pupille, tout est extrêmement concis et harmonieux. Le tableau de bord minimaliste dissimulé dans la barre transversale du guidon est particulièrement élégant ! À mon avis, il serait bon d’avoir une option avec des roues à rayons, mais je soupçonne les gens de Milwaukee d’être très au courant.

Pour l’instant, j’essaie progressivement de modifier ma conscience. Ou Harley le change-t-il pour moi ? Le son caractéristique de l’échappement, le « patate-patate », du bicylindre en V de presque deux litres, qui délivre une nouvelle série de « balles » – la métaphore pour les changements de vitesse dans le vaste boîtier de la boîte – élimine complètement tout désir de se dépêcher quelque part. Surtout si l’on considère le réservoir d’essence de 13,2 litres : c’est une question de style ! Désormais, 110 km/h ne semblent plus une lenteur humiliante, et 155 Nm de couple dès 3000 tr/min permettent d’engager la sixième vitesse à 60 km/h : le moteur tire ! Non, si vous le souhaitez, vous pouvez accélérer jusqu’à 180 km/h, mais à quoi bon ? Pour la première fois en plus de vingt ans de moto, j’ai été dépassé par un scootériste, et vous savez quoi, ce fait ne m’a pas affecté le moins du monde.

Il est intéressant de penser à ce que notre mois avec Harley va nous apporter, tant en termes d’expérience que de finances. D’ailleurs, à propos de ce dernier, le Breakout est également équipé d’un moteur Milwaukee-Eight 107 plus modeste, d’une cylindrée de 1 745 cm3. Il ne me reste plus qu’à être gêné par mes bottes de moto de sport « d’un autre monde », à chercher un gilet en cuir de l’époque de la perestroïka, et mon Ural – et à noter la consommation de carburant tout à fait modérée pour une vitrine aussi tape-à-l’œil : 7 litres aux 100 km.

MotocycletteHarley-Davidson Breakout FXBRS
Dimensions, mm
Longueur
Largeur au guidon
Hauteur
Hauteur du siège
Empattement

2370
950
Pas de données
665
1695
Inclinaison de la fourche avant, degrés/mm34/145
CadreAcier
Poids à vide, kg305
Nombre et disposition des cylindres⠀2, en forme de V
Alésage/course du cylindre, mm102,0/114,3
Taux de compression10,5:1
Déplacement, cm³1868
Nombre de vannes8
Puissance maximale, ch/kW/tr/min93,8/69/4500
Couple maximal, Nm/tr/min155/3000
TransmissionBoîte de vitesses à 6 rapports, embrayage multidisque à bain d’huile, transmission par courroie
Suspension avantFourche télescopique, Ø tubes 49 mm, débattement 130 mm
Suspension arrièreMono-amortisseur, réglage de la précontrainte du ressort, débattement des roues 86 mm
Frein avantDisque Ø 300 mm, étrier à 4 pistons
Frein arrièreDisque Ø 292 mm, étrier flottant à 2 pistons
Vitesse maximale, km/hPas de données
Roue avant130/60-21″
Roue arrière240/40-18″
Capacité du réservoir de carburant, en litres13,2
CarburantEssence AI-95-98

Photo : Nikita Kolobanov

Il s’agit d’une traduction. Vous pouvez lire l’article original ici : Шоумен : Harley-Davidson Breakout на длительном тесте Авторевю, запись первая

Please type your email in the field below and click "Subscribe"
Subscribe and get full instructions about the obtaining and using of International Driving License, as well as advice for drivers abroad